CRITIQUE

[CRITIQUE MANGA] DRAGON BALL SUPER, TOME 2

FICHE TECHNIQUE

  • Sortie : Juillet 2017
  • Titre original : –
  • Auteur : Akira Toriyama
  • Dessin : Toyotaro
  • Publication : Glénat
  • Type : Shonen
  • Genre : Super léger
  • Pays : Japon
  • Durée : 2 tomes (en cours)


Comme dans ce tome 2 il s’agit d’un tournoi pendant plus de la moitié du volume, et que donc le scénario est une parfaite ligne droite sans trop de conséquences dans l’univers Dragon Ball (Akira Toriyama se l’est joué cool sur ce coup là), Toyotaro peut s’éclater comme un taré à rentrer dans le lard et enchaîner les combats sans trop se préoccuper du reste.

Premier constat : il y a une nette amélioration en terme de découpage, de tension et de style graphique. Sans être parfait (Toriyama a lui-même créé des planches pas très jojo pour l’arc Boo, ne l’oublions pas), Toyotaro s’est grandement appliqué, et la fureur des combats qu’il dessine arrive presque à faire oublier ce pourquoi ils s’affrontent tous (pour rappel : de la bouffe… encore…).

De plus, certains personnages ont ici un traitement particulièrement frappant, Végéta en tête. Le Prince des Saïyens a toujours une classe redoutable, une fierté à toutes épreuves, une rage de vaincre insatiable, et en Super Saïyen Blue, son charisme explose – la meilleure case que contient ce tome 2 vient de lui, juste avant de combattre Hit (même si c’est loin d’être la seule !).

D’ailleurs, ce Hit en question est un bienfait total. Si son design n’est pas non plus exceptionnel (facile d’y voir une tête de bite), sa personnalité, son pouvoir et son flegme le rendent captivant. Ses affrontements sont titanesques, et quand le tournoi se termine, on a qu’une seule envie : le voir revenir dans une histoire plus complexe qu’un simple championnat.

Une fois cet arc simpliste et au final très drôle terminé, encore une fois de manière tellement bâclé qu’on se désespère d’y voir un jour quelque chose de consistant (ce moment de l’invocation de Super Shenron est cruellement expédié, l’apparition de Zen-o fait à l’arrache…), une nouvelle histoire prend le pas. Et là, en seulement deux chapitres, Dragon Ball Super lorgne vers un tournant on ne peut plus passionnant.

Une page de journal piétinée par une chaussure qui installe l’époque dans laquelle se déroule cette nouvelle histoire (Trunks du futur, le retour !), une sensation oppressante perpétuelle dans un monde en pleine apocalypse (loin de la légèreté des arcs précédents), une flamme qui révèle le visage du grand méchant de l’histoire au terme d’un affrontement terrible (et qui promet des surprises de taille) : la mise en scène de Toyotaro est un power-up boosté aux senzus !

Un Trunks badass, des révélations, des promesses, du drame : la tranquillité avec laquelle sont déployés les éléments fait un bien fou. Ce scénario semble ultra-abouti tant les moindres détails sont travaillés (Toriyama aurait mis 5 mois à l’écrire), et il nous tarde de voir la suite – ce qui est quand même une excellente chose.


POUR LES FLEMMARDS : Le côté trop expéditif et le manque de réel danger gâchent toujours autant cette suite de Dragon Ball, mais entre des dessins améliorés, un découpage plus incisif et une mise en bouche sublime du nouvel arc, Dragon Ball Super est sur une voie prometteuse.

NOTE :



Extrait du chapitre 12 de Dragon Ball Super, Tome 2 :

Publicités

Donne ton avis si tu dors pas...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s