CRITIQUE

[CRITIQUE] ALIEN : COVENANT

FICHE TECHNIQUE

  • Sortie : 10 mai 2017
  • Titre original : –
  • Réalisateur : Ridley Scott
  • Scénaristes : Michael Green, John Logan et Jack Paglen
  • Acteurs : Katherine Waterston, Michael Fassbender, Danny McBride…
  • Compositeur : Jed Kurzel
  • Genre : Circulez, Alien à voir ! 
  • Pays : Amérique
  • Durée : 2h00


Chargée de coloniser une planète à coups de maisons en bois au bord d’un lac, une équipe se retrouve réveillée d’un sommeil en stase plus tôt que prévu à cause d’une catastrophe qui, manque de chance, dérègle le barbeuc et rend le chef de l’expédition un peu trop cuit (James Franco, qu’on voit à peine 6 secondes via une vidéo, en plein prequel de 127 heures). Suite à ça, sa femme, complètement dévastée deux minutes et demi (accroche-toi pour te sentir concerné par le sort des personnages après ça), et les autres membres de l’équipage se retrouvent à visiter une planète qui n’était pas prévue au programme, où un signal humain a été capté…

Prometheus s’intégrait gentiment dans l’univers de la franchise Alien, mais sans vraiment le démystifier ni le salir puisque le film proposait une ambiance, une vision ou une matière à réflexion totalement différentes. Un rejeton à part, qui promettait un détournement intelligent de la saga, pouvant exister à part entière sans entacher le boulot accompli depuis 1979.

Mais ce rejeton a été le vilain petit canard. Détesté par beaucoup pour son côté mystique aux questions sans réponses (au-delà des incohérences et de la débilité de certaines scènes), Ridley Scott et la Fox ont changé leur fusil d’épaule, et ont décidé de faire du rentre-dedans. Exit le style passionnément nébuleux de Damon Lindelof, place au vide intersidéral d’une aventure terriblement inutile. Qu’il s’agisse du récit, des personnages, de la mythologie ou plus techniquement du boulot de Scott, absolument rien ne fonctionne dans cette bouillie indigeste.

Alien : Covenant tente vaguement de faire une suite à Prometheus, tout en se rapprochant d’un style plus viscéral à la Alien. Pour le premier point, les scénaristes méritent tout simplement un bain d’acide. Toute la mythologie instaurée dans le volet précédent est saccagée en un flashback de même pas cinq minutes, puis continue de creuser en bousillant tout son potentiel suggestif. Car le film fait exclusivement dans le primitif, où le gore est maître, filmé par un Scott en perdition : ses séquences d’action et de terreur sont quasiment toutes infectes. Du n’importe quoi affublé de shaky-cam dégueulasse, charcuté avec un montage abrupt, et n’arrivant à instaurer du suspens à aucun moment (même quand il refait du Spielberg avec une séquence tout droit pompée de Jurassic Park : Le Monde Perdu, c’est désagréable).

Le récit est laborieux, les personnages sont tous plus débiles les uns que les autres, et les ramifications qui les lient sont d’une grossièreté affligeante (Peter est avec Cindy, Kevin aime Ashley, Brian désire beaucoup Georgette). L’émotion est au niveau zéro absolu, et on devine très vite qu’ils ne sont que de la chair à pâté aux yeux de Scott. Même Katherine Waterston (Les Animaux Fantastiques) n’a rien de l’héroïne charismatique promise, très loin de convaincre comme l’ont fait Sigourney Weaver ou Noomi Rapace avant elle.

Pourtant, la lassitude éprouvée en regardant Alien : Covenant s’estompe peu à peu, pour prendre une nouvelle tournure surprenante : tout devient aussi gênant que ridicule. Une leçon de flûte à bec aussi chiante qu’un cours de musique du collège, un combat inapproprié de kung-fu du pauvre, un Alien qui te dit coucou… on ne compte plus les moments aberrants, dont le dernier réside dans un cliffhanger aussi surprenant que si on t’annonçait que Noël, en fait, c’est le 25 décembre.

Bref, en plus d’avoir l’impression que le film dure trois longues heures, il est une déception totale. De la science-fiction horrifique ratée, balayant d’un revers de la main les questionnements de Prometheus, tout en rendant la saga Alien beaucoup moins mystérieuse, voire boiteuse. On aurait largement préféré une vraie suite aux aventures de Shaw (Rapace) et David (Fassbender) dans un univers qui, même si elle ne faisait pas directement allusions aux Xénomorphes, s’étendait au moins plus loin qu’un simple démiurge à la con, aux réflexions basiques et sans saveur, en continuant la piste de ces fameux Ingénieurs !


POUR LES FLEMMARDS : Terriblement laborieux au début, aberrant et gênant ensuite, prévisible enfin : Alien : Covenant gâche le potentiel de Prometheus et salit Alien sans vergogne.

NOTE : 



Bande-annonce de Alien : Covenant :

Publicités

6 réponses »

  1. Alien : Covenant n’est pas le meilleur film de science-fiction que j’ai regardé. J’ai été déçue par la qualité de ce long-métrage. Le scénario n’était vraiment pas intéressant et je me suis beaucoup ennuyée !

    Aimé par 1 personne

      • Ben… C’est à dire qu’il n’y a rien d’injecté dedans à la base. Même leurs motivations pour aller sur la planète où tout part en sucette ne sont pas valables : ça se limite à on veut pas retourner dormir lol cé tro nul, sans que personne tilte sur le fait que les colons transportés ont jamais demandé à y foutre les pieds (facilité, j’écris ton nom).
        Y’a pas un seul personnage avec un QI à deux chiffres, alors forcément, on regarde et… on attend que ça se termine. Rapidement si possible.

        Ca m’a fait revoir mon opinion sur Prometheus. Après Covenant, je me dis que finalement, ben il était pas si mal que ca… Et les pistes qui y étaient proposées intéressantes, sauf que bah… David nous renvoie tout dans la tronche avec un génocide sorti du nul part. Merci au revoir.

        Aimé par 1 personne

Donne ton avis si tu dors pas...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s