CRITIQUE

[CRITIQUE ASIE] POLICE STORY : LOCKDOWN

Police Story 2013 Aff AMFICHE TECHNIQUE

  • Sortie : 01 février 2017
  • Titre originalPolice Story 2013
  • Réalisateur : Ding Sheng
  • Scénariste : Ding Sheng
  • Acteurs : Jackie Chan, Jing Tian, Liu Ye…
  • Compositeur : Lao Zai
  • Genre : Die Hard sous prozac
  • Pays : Chine
  • Durée : 1h50


L’une des plus brillantes saga de Jackie Chan reste sans conteste Police Story, entamée en 1985. Si les deux premiers opus sont indétrônables par leur puissance comique et leur violence brute, les autres volets n’ont pas à démériter. Police Story 3 carbure grâce au duo que l’acteur forme avec Michelle Yeoh (et se trouve être le dernier épisode qui suit le même personnage) ; Contre-attaque est une délirante comédie qui ne s’arrête jamais ; et New Police Story propose une trame intéressante non dépourvu de scènes spectaculaires. Le dernier en date, Police Story : Lockdown (sortie en 2013 en Asie), quant à lui, fait office de pièce à part dans l’histoire de la franchise.

Absence totale d’humour, ambiance lourde, action pauvre, rythme en dents de scie : ce sixième épisode se veut radicalement différent dans sa conception, proposant un thriller dramatique étouffant. Le film parle de Zhong Wen (Jackie Chan donc), un officier de police qui, invité dans un bar par sa fille Miao (Jing Tian, La Grande Muraille) qu’il n’a pas vu depuis des années, se retrouve subitement mêlé à une prise d’otage étrange, où il semble que plusieurs victimes ne soient pas là par hasard, Wen compris… Ce dernier va devoir découvrir pourquoi on lui en veut personnellement, et surtout trouver une solution pour libérer les otages…

Le déroulement du scénario, réjouissant sur le papier, est pourtant dès le début assez laborieux. L’objectif principal étant de connaître l’identité du méchant dans le passé du personnage principal – ainsi que son but final -, quelques scènes d’action sont posées là, au hasard des souvenirs du héros, et plombent littéralement le récit.

Comme si Ding Sheng (Little Big Soldier) se sentait obligé de mettre de l’action pour appâter les fans de Jackie Chan, alors qu’au final, une seule séquence importe vraiment, un combat mano a mano dans une cage relativement long et intense (malgré des ralentis qui cassent le rythme), qui voit l’acteur se battre pour un enjeu conséquent.

Cependant, le récit reste accrocheur grâce aux pistes qu’il dissémine ça et là tout au long du film, et sur la réflexion qu’il propose – à savoir où commence réellement la responsabilité de chacun quand une personne est en détresse. De plus, la prestation convaincante de Jackie Chan de cet homme dévasté aux mille regrets mais aux principes indéfectibles, aide grandement à vouloir connaître le fin mot de l’histoire, gentiment émouvant à défaut d’être original.


Logo Note LCDFPOUR LES FLEMMARDS : Absence d’humour, ambiance lourde, anti-spectaculaire, rythme inégal : l’essence de la saga n’y est pas. Accrocheur grâce à la prestation et le personnage de Jackie Chan, mais tout ça reste un peu laborieux.

NOTE : 3/5



Bande-annonce de Police Story : Lockdown :

Publicités

Donne ton avis si tu dors pas...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s