CRITIQUE

[CRITIQUE] INSTINCT DE SURVIE

instinct-de-survie-aff-frFICHE TECHNIQUE

  • Sortie : 17 août 2016
  • Titre original : The Shallows
  • Réalisateur : Jaume Collet-Serra
  • Scénariste : Anthony Jaswinski
  • Acteurs : Blake Lively, Óscar Jaenada, Brett Cullen et un requin
  • Compositeur : Marco Beltrami
  • Genre : Destination Finale Aquatique
  • Pays : Amérique
  • Durée : 1h27


Avant toute chose, précisons que ce film est déconseillé à tous les phobiques ! Si la vue du sang, les fonds sous-marins sombres et les grandes dents pointues vous font flipper, ne le tentez même pas ! On vous aura prévenu.

Nancy (Blake Lively), jeune étudiante en médecine, quitte le Texas son baluchon sur le dos en laissant sa famille derrière elle. La jeune femme part à la recherche d’une magnifique plage mexicaine que sa mère, récemment décédée, affectionnait particulièrement. Surfeuse Winneuse, la belle blonde décide donc d’en profiter un peu pour se faire quelques vagues, OKLM. Après avoir dragué deux gringos, Nancy se retrouve seule face à l’océan… Enfin, presque seule ! Celle-ci se fait sauvagement attaquer par un squale géant (littéralement…) et c’est ainsi que son cauchemar commence.

Avec un synopsis assez simple, Instinct de Survie joue clairement la carte du suspens et, sur ce point, c’est assez réussi. Le rythme est soutenu, les péripéties de l’héroïne s’enchaînent à une vitesse folle et l’angoisse est au rendez-vous. Une chose est sûre, on n’a pas le temps de s’ennuyer ! Le scénario rappellera aux amateurs du genre la saga Destination Finale. Evidemment, le grand méchant de l’histoire étant un requin avide de sang frais, nous penserons également au célèbre long métrage de 1975 : Les Dents de la Mer. La violence et le côté gore de certaines scènes nous ont d’ailleurs étonné. Vous laisserez certainement échapper quelques : « aah mais c’est dégueu ! » en grimaçant, un œil fermé et l’autre qui tremble.

Côté jeu d’acteur, Blake Lively (Madame Deadpool) toujours aussi superbe, s’en sort plutôt bien et porte, comme une grande, le film sur ses épaules. En effet, à part quelques échanges de dialogues au début du film, la sirène est seule fasse caméra pendant une heure et demie.

« Pas si mal tout ça », nous direz-vous ! Oui mais voilà, rien n’est crédible et même avec toute la bonne volonté du monde, on ne peut décemment pas y croire. Pourtant, on a essayé ! Après tout, avec ses magnifiques paysages et une actrice qu’on apprécie, le spectacle promettait être plaisant. Malheureusement, Instinct de Survie est aux Dents de la Mer ce que Scary Movie est à Scream.

Commençons par l’héroïne et sa belle crinière dorée genre « l’eau de mer, c’est mon secret beauté » : au-delà de son Over-Sexualisation (ça va, on savait déjà qu’elle était bonne !), c’est littéralement une version féminine de MacGyver qui, avec un velcro et une chaîne en or, se fera un garrot et des point de sutures ! Nageant de rochers en rochers pour sauver sa peau, elle prendra même le temps de jouer au Docteur Dolittle. D’ailleurs parlons-en, afin de combler un peu la solitude de l’actrice, les scénaristes ont trouvé la parade ! Souvenez-vous de Seul Au Monde : Wilson ça vous parle ? Et bien ici, Wilson est une mouette (« A moi ! A moi ! A moi ») !

Passons au requin : il est exagérément gros ! Comme si un requin blanc normal, avec toutes ses dents, ça ne faisait pas suffisamment flipper ! C’est aussi la bestiole la plus hargneuse de l’histoire. Le monstre ne semble jamais rassasié (pourtant il s’en fout plein la lampe !) et dispose d’une persévérance qui frise la folie. Chaire humaine, planches de surf ou barre de fer, pour lui c’est du pareil au même ! Increvable ! La pauvre bête souffre aussi de trouble du comportement car, visiblement capable d’arracher le métal d’un seul coup de mâchoire, il semblerait qui lui est impossible de chopper Barbie sur son caillou… Allez comprendre !

Vous l’aurez compris, la liste des aberrations est longue et sans limite. Malgré tout, on ne peut pas dire que ce film est un total échec. On restera quand même jusqu’au bout pour voir si Nancy s’en sort et surtout, dans quel état. C’est sûrement l’effet embouteillage devant un accident de la route bien trash.

On se serait quand même passé du côté parodique, dommage…


Logo Note LCDFPOUR LES FLEMMARDS : Bon divertissement, mais on passe peut-être à côté si on n’a pas le Q.I. d’une huître !  

NOTE : 3/5



Bande-annonce d’Instinct de survie :

Publicités

Donne ton avis si tu dors pas...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s