CRITIQUE

[CRITIQUE] MR. & MRS. SMITH

Mr and Mrs Smith AffFICHE TECHNIQUE

  • Sortie : 27 juillet 2005
  • Titre original : –
  • Réalisateur : Doug Liman
  • Scénaristes : Simon Kinberg
  • Acteurs : Brad Pitt, Angelina Jolie, Vince Vaughn…
  • Compositeur : John Powell
  • Genre : Glamour anesthésique
  • Pays : Amérique
  • Durée : 2h


Lui, c’est Smith. John Smith. Et elle, c’est Jane, son épouse. Ils sont mariés depuis 5 ou 6 ans (ça dépend lequel des deux on interroge), et ils ont plutôt l’air d’avoir la belle vie. Beaux, sportifs, bien sapés, ils vivent dans un chouette manoir d’environ 72 pièces au cœur d’une chic banlieue américaine. Pourtant leur couple semble s’encroûter méchamment. Monsieur n’aime pas la cuisine de madame ni son goût de chiottes en matière de rideaux. Quant à madame, au plumard ou ailleurs, elle s’ennuie ferme avec son mari. Ils partent chacun travailler le matin dans leur belle bagnole lustrée et rentrent le soir retrouver leur luxueux mais monotone foyer conjugal.

Sauf qu’en réalité, leur vie est beaucoup moins plan-plan qu’il n’y paraît puisqu’ils sont tous deux agents spéciaux pour des organisations secrètes rivales. La société occulte de madame est strictement féminine, elle se tient dans un building tout marbre et or, très propre, très design, où ça claque du talon aiguille et où ça sent bon le Chanel et la laque Elnett. Celle de monsieur, au contraire, est sise dans un bureau plutôt cradingue et déglingué mais qui, d’un pressement de bouton, peut quand même devenir un QG dernier cri. Chacun des deux Smith ignore bien sûr la double vie de l’autre. Jusqu’au jour où ils se trouvent placés en concurrence sur une même mission. Concurrence qui fait échouer ladite mission et entraîne pour mission suivante l’élimination de la partie adverse. Mr Smith doit donc théoriquement tuer Mrs Smith qui doit, de son côté, abattre Mr Smith…

Pour l’anecdote, ce film a marqué la rencontre entre Brad Pitt et Angelina Jolie, ze glamour kopple of Hollywood depuis plus de 10 ans. C’est d’ailleurs l’unique raison qui pourra garder ce navet rose dans les annales. Et pourtant, sur le papier, ça prétendait sans doute être un mix détonnant : James Bond qui rencontre True lies qui rencontre La guerre des Rose. Sauf que dans aucun des cas ça n’arrive à la cheville du modèle cité.

Premier souci – majeur : on a du mal à croire au postulat de départ. Le côté « Je vis depuis des années avec un tueur à gages mais je m’étais rendu compte de rien » est absolument impossible à avaler, surtout au vu des missions périlleuses que remplissent Smith mâle et Smith femelle, missions qui doivent forcément leur laisser quelques séquelles physiques difficilement « cachables » à un conjoint.

Ensuite l’affrontement amoureux, qui est supposé être à la fois le thème principal de l’intrigue et un solide ressort humoristique, tombe complètement à plat. Ça tient peut-être à l’aspect trop lisse des deux acteurs principaux. Ils la jouent très beau-gosse-belle-fille là où on les aurait voulus vénéneux, implacables, semblables à des fauves déchaînés. La grande scène de sensualité du couple terrible est totalement insipide. Ils se retrouvent un soir dans leur immense demeure avec la ferme intention réciproque de se dézinguer. À force de se tirer dessus, ils finissent par tout démolir dans la maison : meubles, murs, plafonds, tout y passe. Et au bout d’un moment, tous ces débris et toute cette tension nerveuse, ça leur donne une furieuse envie de copuler. Et hop ! les voilà partis à jouer à la bête à deux dos au milieu des gravats ! (Et tant pis si détruire une baraque à 10 millions de dollars, ça fait cher le préliminaire !). Même cette séquence, censée être aussi violente que voluptueuse, ne parvient donc pas à faire naître la moindre sensation dans nos tripes.

Les scènes d’action sont pour la plupart gratuites, démonstratives et laides – à l’exception d’une séquence où Bradichou et Angichou, redevenus bons camarades et solidaires face aux méchantes organisations qui veulent leur peau, tirent dos à dos et à tout-va contre l’ennemi. Or donc, sauf si on sait se contenter des beaux yeux bleus de Brad et de la bouche mégacharnue d’Angelina, ce film, avec son scénario sans finesse et sa mise en scène cabotine, laisse le spectateur lourdement sur sa faim.


Logo Note LCDFPOUR LES FLEMMARDS : Les fans de Brad Pitt, d’Angelina Jolie ou d’action pure : ruez-vous. Les autres, ruez-vous aussi, mais sur un autre film !

NOTE : 2/5



Bande-annonce de Mr. et Mrs. Smith :

Publicités

Donne ton avis si tu dors pas...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s