CRITIQUE

[CRITIQUE ASIE] DRUG WAR

Drug_War_Poster

FICHE TECHNIQUE

  • Sortie : 2013
  • Titre original : Du zhan
  • Réalisateur : Johnnie To
  • Scénaristes : Wai Ka-Fai, Yau Nai Hoi, Ryker Chan, Yu Xi 
  • Acteurs : Louis Koo, Sun Honglei, Crystal Huang…
  • Compositeur : Xavier Jamaux
  • Genre : Infernal Affairs of Drug
  • Pays : Hong-Kong
  • Durée : 1h45


L’inspecteur Zhang Lei (Sun Honglei) arrête Timmy Choi (Louis Koo), un malfrat qui se trouve être un gros fabriquant d’amphétamines. Afin d’éviter la peine de mort, Zhang propose un deal : Timmy doit devenir un informateur, l’aidant ainsi à faire tomber le cartel pour lequel il travaille. 

Johnnie To (Fulltime Killer, PTU) est un réalisateur très prolifique. Sortir deux films par an, ça ne lui fait pas peur du tout. Alors forcément, avec autant d’œuvres à son actif, Johnnie To divise. Nous, on est pas très fan. Si on peut sentir l’inspiration pour certains de ses travaux, autant dire que d’autres sont à côté de la plaque.

Heureusement, Drug War n’en est pas là. Et ce grâce à une vérité indiscutable : le savoir-faire du bonhomme. Sa réalisation aérienne, ses grands angles, ses plans serrés : tout est millimétré chez Johnnie To, et ça pue le talent. Il exploite l’espace avec un talent indéniable, et s’engouffre au cœur des scènes comme on peut rarement le voir.

En plus de ça, Drug War possède un duo d’acteurs exemplaires. A commencer par Sun Honglei (Seven Swords, Mongol), ce flic prêt à tout pour démanteler cette organisation mafieuse. Sa prestation impressionne : un coup placide, froid, et cruel, il peut devenir, l’instant d’après, exagérément expressif, riant à gorge déployée. A l’inverse de son partenaire, le toujours excellent Louis Koo (Flashpoint, Connected), interprétant parfaitement le brigand tendu qui doit trahir tout le monde pour ne pas être exécuté. La rivalité entre ces deux hommes est retranscrit à merveille, et leurs échanges (trop rares) font partie de la force de Drug WarComme ses scènes de fusillades, elles aussi pas assez fréquentes, dont on admire le réalisme avec laquelle elles sont effectuées.

Si tout semblait bien parti, il faut hélas déplorer un trop gros défaut pour être totalement convaincu. Le rythme lent du film n’est pas un gros souci en soi, mais il se trouve qu’au bout d’un moment, on tourne à vide. Deux trois séquences remontent le niveau d’accroche (l’excellent gun-fight des flics contre les muets, le dialogue où il prend de la coke, la fusillade finale qui dure presque dix minutes), mais ça retombe assez vite, et on se lasse des péripéties qui s’enchaînent. Peut-être la faute à un récit mal exploité, qui n’aurait pas dû partir dans cette direction.


Logo Note LCDFPOUR LES FLEMMARDS : La virtuosité de Johnnie To et l’interprétation exemplaire de ses deux acteurs ne comble pas la longueur et la mollesse de l’ensemble.

NOTE : 2,5/5



Bande-annonce de Drug War :

Publicités

Donne ton avis si tu dors pas...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s