CRITIQUE

[CRITIQUE] THE GRAND BUDAPEST HOTEL

TGBH

     Voici un film comme on en voit pas tous les jours. Cette comédie unique en son genre nous prouve qu’il existe encore des réalisateurs capable de faire des œuvres atypiques, intelligentes et surtout drôles, à une époque où presque tout sent le réchauffé.

     Pour commencer, Wes Anderson (A bord du Darjeeling Limited, La vie aquatique) installe ici un humour réussi, à la fois élégant et graveleux en passant par une totale absurdité, et nous présente une multitude de personnages différents et singuliers, interprété par des acteurs en état de grâce. Le plus incroyable d’entre eux étant Ralph Fiennes (Skyfall, Harry Potter et les reliques de la mort), grand meneur de cette fresque hilarante, en jouant Mr. Gustave, le concierge du Grand Budapest Hotel en 1932, établissement de luxe où séjourne une clientèle aisée.

     Mr Gustave, qui prend sous son aile le jeune Zéro pour lui apprendre tout ce qu’il faut savoir sur ce monde de luxe, est adulé par ses clients, et plus particulièrement par les vieilles dames. L’une d’elles, Madame D. qui l’aime profondément, meurt tragiquement, et lui lègue l’un de ses tableaux les plus chères de sa collection. La famille de cette dame voit d’un très mauvais œil cette passation, et avant que tout ne soit officialisé, le tableau disparaît mystérieusement. S’ensuit alors des batailles / poursuites / coups bas entre les héritiers et Mr. Gustave, à une époque d’entre-deux guerre où le bouleversement politique transforme irrémédiablement l’Europe.

     En plus donc de Ralph Fiennes, d’autres protagonistes pittoresques font leur apparition, avec un talent indéniable. Pour en citer certains, le génialissime Adrien Brody (Predators, King Kong), se trouvant être un ennemi vulgaire et sans cœur, soit le parfait opposé au héros, ou encore Mathieu Amalric, Harvey KeitelEdward Norton

     Parfois, le comique du film s’étiole un peu pour recentré l’histoire avec des scènes émouvantes, ou moins bien inspirées, mais tout est toujours soutenu par un rythme effréné, n’oubliant jamais le burlesque inhérent à son oeuvre, avec en milieu de parcours une incroyable poursuite filmée… en stop-motion ! Culotté ! Ajouter à cela des décors magiques, en parfaite adéquation avec l’espièglerie déployé durant l’heure quarante de film, et vous tenez un petit bijou, qui vous fera dire, en sortant de la salle « ça fait du bien ! »

POUR LES FLEMMARDS : Dépaysement total, cette comédie hilarante est porté par un casting hors-pair, un rythme endiablé et une inventivité à toute épreuve.

NOTE 4/5

Publicités

Catégories :CRITIQUE

Donne ton avis si tu dors pas...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s